Les différents permis de travail aux USA

Travailler aux Etats-Unis

Avant d’obtenir la carte verte, vous allez devoir passer par un visa américain qui va vous autoriser à travailler aux USA sous certaines conditions et modalités. En effet, les différents permis de travail ne donnent pas les mêmes droits.

Pour ne pas vous mettre dans l’illégalité, il est donc bon de connaitre les principaux éléments de chaque type d’autorisation qui vous permettront de demander celui qui est approprié à votre cas personnel.

Les visas pour les emplois qualifiés

Pour savoir quel type de visa vous convient, vous devez mettre en évidence les modalités de votre entrée sur le marché du travail américain. Si vous faites l’objet d’un transfert de la part de votre employeur dans une succursale américaine, vous aurez alors besoin d’obtenir le visa L1. Il faut que vous soyez spécialisé pour le poste qui vous attend aux États-Unis dans une nouvelle société ou une entreprise existante de votre employeur. Ce type de permis de travail est valable 3 ans.

Si vous êtes un personnel qualifié à hauteur d’une licence ou équivalent, votre employeur doit faire la demande pour vous d’un visa H1B. Il certifie aux autorités américaines qu’il a bien l’intention de vous employer dans sa société basée sur le sol américain et vous payer le « salaire courant ». Ce type de permis de travail est saturé de demandes. Il est valable 3 ans tout comme son prédécesseur. Dans les deux cas, ces visas facilitent l’obtention de la carte verte.

Les visas d’autres types

Si vous souhaitez investir et créer une entreprise sur le sol américain, le visa E1 E2 est fait pour vous. Vous devrez placer vos fonds dans une société et créer au moins 10 emplois à temps plein. La carte verte vous sera alors délivrée dès la première année, mais restera provisoire jusqu’à la fin de la seconde année où il vous faudra introduire une demande auprès de l’administration américaine pour en obtenir une définitive.

Le visa B, quant à lui, concerne les personnes qui viennent soit pour affaire, soit pour tourisme durant plus de 90 jours. Dans le cas qui nous intéresse, vous aurez alors le droit de conclure des contrats et de démarcher des clients. Même si ce visa est attribué pour 1 an, 3 ans et 5 ans, vous n’aurez le droit de rester que 6 mois d’affilés et devrait fournir la preuve que vous comptez bien rentrer en France.

Enfin, les visas O sont délivrés aux personnes d’exception pouvant prouver leur renommée artistique par la publication d’œuvre et l’attribution de prix. Ce type de visa est délivré essentiellement aux artistes et people.

Si votre employeur a décidé de vous transférer dans une succursale américaine, vous devrez obtenir le visa L1. Les formalités sont effectuées par votre employeur. Toutefois, vous devrez fournir les documents demandés et participer à l’entretien à l’ambassade.

Là encore, si votre employeur demande votre transfert dans une société basée sur le col américain en raison de vos compétences professionnelles particulières, vous aurez besoin de faire la demande d’un visa HB1. Vous devez vous renseigner sur la procédure pour obtenir ce visa.

Si l’ESTA ne vous suffit pas pour venir les Etats-Unis, vous devez demander le visa B afin de rester aux USA plus de 90 jours pour visiter le pays ou pour affaire. Là encore, des démarches particulières sont à respecter pour l’obtention de ce titre de séjour.

Le visa E vous sera nécessaire si vous souhaitez investir sur le sol américain. Attention toutefois, ce visa est soumis à des règles strictes quant au montant de l’investissement à réaliser et au nombre de personne embauchée.

Si vous êtes une personnalité reconnue, comme un grand sportif ou un artiste renommé, vous devrez demander le visa O afin de vous rendre aux USA. Ce type de visa est délivré très rarement car les conditions d’obtention demandent à vérifier votre célébrité.