Escale aéroportuaire aux USA et autorisation de voyage

Le VISA de transit pour les USA

Quiconque s’est déjà penché sur les lois d’immigration américaines sait bien qu’il est extrêmement difficile de s’y retrouver. La liste des VISAS disponibles est particulièrement longue, chacun d’entre eux suit des règles strictes et la procédure pour les obtenir peut, dans certains cas, prendre plusieurs années.

Si vous pensiez que ces tracas au sujet des différents visas ne concernent que les voyageurs désirant séjourner ou immigrer aux États-Unis, vous vous trompez. Ainsi, toute personne transitant par le territoire américain doit s’assurer qu’il dispose bien d’une autorisation légale pour se trouver temporairement aux États-Unis.

Pour les citoyens de l’Union européenne, celle-ci se limite bien souvent à un simple formulaire ESTA, mais, dans d’autres cas, un visa de transit de type C est obligatoire. Voici donc quelques informations utiles pour éviter de passer un mauvais moment au service de l’immigration lors de son arrivée chez l’Oncle Sam et de devoir rebrousser chemin, à vos frais.

L’ESTA un autre document valable pour votre transit aux États-Unis

Certains pays bénéficient d’un programme d’exemption de visas pour les États-Unis, c’est ce que l’on nomme le Système électronique d’autorisation de voyage, plus connu sous l’abréviation à quatre lettres ESTA. Ainsi, les ressortissants de certains pays peuvent séjourner en toute légalité aux États-Unis pour une durée inférieure à 90 jours sans avoir à faire une demande de visa, du moment que ceux-ci ont rempli au préalable un formulaire en ligne et ont réglé les frais correspondant, ceux-ci tournant généralement autour d’une quinzaine de dollars.

Parmi les pays bénéficiant de ce programme d’exemption de visa avec les États-Unis, on trouve notamment la France et la plupart des pays d’Europe Occidentale, le Japon, la Corée du Sud, le Chili, l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou encore le Groenland. Ainsi, toute personne originaire de ces pays peut éviter de faire une demande de visa pour les États-Unis grâce au formulaire ESTA si son passage n’y est que temporaire.

Pour les autres, toutefois, cette formalité est obligatoire pour être admis sur le sol américain. Il en est de même pour les voyageurs dont l’ESTA leur a été refusé.

Les différents types de visas C

Le nom de chaque VISA permettant de se rendre aux États-Unis débute par une lettre précisant la catégorie à laquelle appartient le visa. Ainsi, tous les visas commençant par la lettre C correspondent aux visas de transit. Un chiffre suit généralement, afin d’apporter une précision sur le type de visa.

Par exemple, si les visas de type K servent au regroupement familial, le VISA K-1 est délivré exclusivement aux fiancés de citoyens américains tandis que le K-2 est destiné aux enfants mineurs des fiancés.

Dans le cas du visa C, on dénombre cinq catégories. Le C-1 est destiné aux passagers en transit, le C-1D aux membres d’équipage, le C-2 aux individus au sein des quartiers généraux des Nations Unies, le C-3 aux hauts fonctionnaires en transit et, enfin, le C-4 aux passagers en transit selon le programme ATP.

Ainsi, dans l’immense majorité des cas, c’est un visa de type C-1 qui doit être demandé lorsque l’on veut transiter par les États-Unis et que l’on ne peut bénéficier du programme d’exemption de visa.

Faire une demande de visa C pour les États-Unis

Une famille transitant par les États-Unis doit faire une demande de visa C-1 pour chacun de ses membres. Ainsi, même les très jeunes enfants et les bébés inscrits sur le passeport de leurs parents doivent disposer de leur propre visa pour être admis sur le territoire américain.

Ce visa vous permet d’attendre votre avion et même de rester sur place pour une durée maximale de 29 jours du moment que vous respectez la durée de correspondance indiquée lors de la demande de visa. Celle-ci doit se faire auprès de l’ambassade des États-Unis la plus proche de votre domicile. Les délais d’obtention étant extrêmement variables, il est primordial de faire sa requête le plus tôt possible, sous peine de devoir annuler son voyage si le visa n’est pas délivré à temps.

Comment obtenir une autorisation pour votre escale aux USA ?

Le dossier à constituer comprend notamment le formulaire DS-160, une photocopie du passeport ainsi qu’une photo d’identité. Des documents supplémentaires peuvent être demandés lors de l’entretien à l’ambassade comme notamment des relevés de compte ou des fiches de paye établissant que vos revenus sont suffisants pour voyager, des quittances de loyer ou des papiers familiaux prouvant que vous comptez retourner dans votre pays d’origine, votre billet d’avion ou tout autre document que l’officier consulaire peut déclarer utiles pour la délivrance du visa.