Vers un durcissement sans précédent de politique d’immigration aux États-Unis

Le nouveau président américain ne rassure pas les voyageurs touristiques ou d’affaires désireux d’obtenir l’ESTA. À en croire Donald Trump, les États Unis doivent procéder à un durcissement « extrême » de sa politique d’immigration. Que ce soit concernant la problématique des clandestins en provenance du Mexique, ou des travailleurs légaux, tout est à revoir pour refaire de l’Amérique un grand pays : « Make America Great Again ».

Que ce soit concernant la problématique des clandestins en provenance du Mexique, ou des travailleurs légaux, tout est à revoir pour refaire de l'amérique un grand pays : “Make America Great Again”.

Donald Trump et l'autorisation ESTA

Donald Trump = durcissement de la politique d'immigration ?

Le contrôle des frontières, le point central de la campagne du nouveau président des USA

Ce n’est un secret pour personne, Donald Trump s’attaque à la question de l’immigration depuis le début de sa campagne en faisant des déclarations toujours plus politiquement incorrectes. Il décrit tout un programme qui vise à réformer, ou plutôt à durcir l’accès au territoire américain :

— Construction d’un grand mur le long de la frontière américano-mexicaine
— Renvoie des clandestins bien plus loin que les frontières, pour les décourager de revenir.
— Plus de sévérité pour les crimes commis par les étrangers, voir « 0 tolérance ».
— Bloquer les fonds fédéraux aux villes sanctuaires. Ces villes qui collaborent peu avec l’État fédéral, et laissent souvent les immigrés en situation illégale sur leur territoire.
— Appliquer toutes les lois sur l’immigration et annuler les décrets présidentiels de Barack Obama.
— Durcissement « extrême » de la politique des visas. Certains ressortissants de pays dit « sensibles » devront passer une « certification idéologique », pour être certains qu’ils ne représentent pas de danger pour la société civile.
— Achever le suivi biométrique pour les entrées et les sorties du territoire afin de contrôler davantage les mouvements des immigrés légaux.
— Moins, voire suppression d’avantages sociaux et d’aides au logement pour les immigrés légaux.
— Réforme globale de l’immigration légale pour protéger les travailleurs américains

Avec un programme aussi complet et précis sur l’immigration, on comprend rapidement que Donald Trump ne se présente pas comme le candidat de l’ouverture et que son passage à la maison blanche pourrait compliquer les démarches d’obtention de l’ESTA de beaucoup de français désireux de passer un séjour aux États-Unis.

La France blacklistée par Donald Trump pourrait perdre son droit à l’ESTA

Outre l’immigration clandestine mexicaine, Donald Trump aborde énormément la montée de l’islamisme radical et ne se prive pas de commentaires concernant les attentats qui ont touché la France ces dernières années. D’après lui, l’hexagone ne contrôle pas suffisamment ses mouvements sur le territoire, tout comme son voisin allemand. À cause de sa politique trop « laxiste », la France se retrouve « gangrénée par le terrorisme ». De ce fait, il considère que les citoyens français pourraient représenter un risque pour la sécurité nationale des États Unis et les contrôles seront plus « stricts » pour l’ESTA ou les VISAS. Il faudra « prouver que l’on ne constitue pas une menace, et dans le cas contraire, les entrées pourront être refusées. D’autant plus que le candidat avait alors estimé que les USA devaient recourir davantage aux contrôles au faciès, et que les musulmans du monde n’étaient pas les bienvenus, quel que soit leur pays d’origine. Mais suite à ces déclarations, critiquées par son propre parti, il semblerait que le candidat républicain ait renoncé à ce projet.

Peut-il réellement appliquer son plan d’immigration radical ?

Donald Trump est connu pour faire le buzz et aime faire parler de lui. Que ce soit en bien ou en mal. On peut alors se demander si l’homme d’affaires qu’il incarne est conscient des conséquences économiques que de telles déclarations impliquent. Sans parler des frais engendrés par plus de contrôles de l’ESTA ou du VISA, on peut se demander si les États-Unis ont vraiment un intérêt économique à détériorer leurs relations diplomatiques avec les grandes puissances d’Europe comme la France et l’Allemagne. Par ailleurs, ses déclarations concernant l’immigration des musulmans pourront aussi avoir une incidence avec les pays du Golfe et ainsi impacter l’industrie du pétrole. Sans oublier que Donald Trump devra affronter le Congrès pour faire passer toutes ces lois. Ne faisant pas l’unanimité même au sein de son propre parti, il est fort à parier que ses déclarations les plus radicales n’auront uniquement servi à faire le buzz.